La colocataire est la femme idéale

Tel est le résumé du dernier roman d’Amélie Nothomb intitulé Barbe Bleue.

61639_340313969401274_548832128_n

J’ai lu ce livre dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire 2012 organisé par Priceminister (livre gracieusement offert par l’enseigne ! Merci beaucoup). Je suis ravie qu’il fasse parti de la sélection du match, car j’apprécie beaucoup l’univers d’Amélie Nothomb. Je l’ai découvert grâce à Stupeurs et tremblements et depuis, j’ai besoin de ma dose de Nothomb plusieurs fois dans l’année ! Je ne saurais expliquer pourquoi, mais son style d’écriture me touche, m’hypnotise et me vole mes nuits… Car une fois commencé, j’ai beaucoup de mal à fermer ses livres…

Barbe Bleue ne déroge pas à la règle !

Saturnine, jeune belge donnant des cours à l’école du Louvre, cherche un logement sur Paris. Elle tombe sur une petite annonce écrite par le mystérieux Don Elemirio Nibal y Milcar qui propose une colocation dans son hôtel particulier. Mais cet espagnol est affublé d’une méchante réputation… En effet, ses 8 dernières colocataires ont disparu de manières inexpliquées…

Difficile de résumer ce livre sans trop en dire, alors je m’arrêterai là !

Ce qui m’a plu dans cet ouvrage, hormis l’univers d’Amélie Nothomb, c’est que l’histoire tourne beaucoup autour des arts (peinture et photographie essentiellement) et plus généralement autour de la couleur. Depuis que je suis petite, c’est un monde mystérieux qui me passionne !

De plus, en lisant ce livre, je trouve que l’on retrouve beaucoup de point commun entre l’héroïne et son auteur (jeune belge, les nombreuses allusions au Japon,…).

Et bien entendu, le titre m’a grandement attiré ! Un livre d’Amélie Nothomb portant le même nom qu’un célèbre conte de Charles Perrault, ça ne pouvait que m’interpeller ! J’avoue avoir eu peur de tomber dans le remake un peu foireux, mais loin de là !!

Une fois de plus, Amélie, tu m’as conquise !!

Note : 19/20 (car seul le subtil mélange du jaune et du doré est parfait).

Quelques citations que j’ai aimé pour terminer : 

 » La couleur n’est pas le symbole du plaisir, c’est le plaisir ultime. C’est tellement vrai qu’en japonais,  » couleur  » peut être synonyme d’  » amour  » « .

 » Les femmes, c’est un orchestre. On peut jouir de l’ensemble très longtemps. Et puis, un jour, on décide d’isoler une concertiste. On scrute et soudain, on repère la bassoniste tellement plus gracieuse et on décide de ne plus écouter que sa musique.  »

Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?
Bonne journée,
Marion

Advertisements

18 réflexions sur “La colocataire est la femme idéale

  1. Je l’avoue, j’ai parfois beaucoup de mal à me plonger dans ces univers. Je trouve souvent que les choses tournent trop en longueur. Mais le résumé de celui-là me charme d’avance. Serait-il l’ouvrage qui me ferait changer d’avis ? 🙂
    Bises !

    Anne
    http://meandmode.over-blog.com

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s